MÉDIA BASKET 40

Faire abstraction du contexte

Credit Photo - JM Lafforgue

Le week-end prochain aura lieu la fameuse réunion annuelle des basketteurs du Tursan.
Longtemps considéré comme une valeur sûre du jeu « à l’ancienne », où sortir de la peinture sans une égratignure était aussi rare qu’une passe d’Hervé Lafitte ou qu’un match de Zo Danthez sans un coup de gueule, ce derby s’annonce plus calme qu’à l’habitude.
C’est du moins ce que souhaite Gilles Gardères, Coach du TBC, toujours aussi prolixe quand il s’agit de Basket.
Ce dont je ne le remercie pas d’ailleurs, car le fait de coucher sur le papier (ou plutôt sur mon ordi) notre 1/2 heure d’entretien m’a empêché de voir la seconde période de Sochaux-PSG et l’Équipe du soir réunis.

 

Salut Gilles, nouvelle victoire ce we sur l’ADB, vous marchez sur l’eau en ce moment. Quel est le secret d’un telle réussite?
Je me trompe peut-être, mais à bien y réfléchir, je pense que l’on peut trouver un début de réponse dans la gifle que l’on avait reçue au match aller face à l’Élan Tursan.
Lors du débrief qui a suivi ce match, les joueurs ont mis des mots sur la frustration latente de jouer des équipes aux budgets très élevés, de se retrouver à cravacher avec des joueurs d’un niveau élevé, mais avec un statut très éloigné de l’amateurisme.
Certes, cela leur évitait une auto-critique concernant le match, où ils n’avaient pensé qu’à envoyer des tartines….
Mais cela m’a permis d’avoir un discours positif. De leur faire comprendre que, si l’on arrivait à s’en sortir cette saison, dans une poule extrêmement compliquée, où tous les clubs s’étaient renforcés du fait des 6 descentes annoncées, le résultat n’en serait que plus retentissant.
Du coup, il y a eu comme une prise de conscience qu’après tout, nous n’avions rien à perdre.
Je leur ai dit que s’y l’on devait descendre en Promo, c’est que ce niveau n’était plus fait pour nous. Et à partir de là, j’ai senti que des choses se mettaient en place.
Il y a aussi un facteur important cette saison qui joue en notre faveur, c’est le fait qu’il n’est plus possible de couper les contre-attaques systématiquement.
Notre jeu basé sur des projections rapides vers l’avant n’est plus bridé par ces fautes dites « Euroleague », et ce sont autant de paniers convertis, ou de « lancés plus possession » que nous n’avions pas les années précédentes.
Même si j’ai l’impression qu’au fur et à mesure de l’avancement de la saison, le corps arbitral s’adapte et refait de plus en plus preuve de mansuétude sur ces fautes là.
Autre différence par rapport aux années précédentes, le groupe est plus étoffé. Nous avons un groupe d’une grosse douzaine de joueurs, pratiquement tous interchangeables. La marque est partagée en fonction des matchs.
Et comme mon schéma tactique global est basé sur la mise en valeur d’un collectif, au détriment d’une mise en valeur d’un, deux ou trois individus, notre jeu a pris plus de relief.
Je me surprend même à les trouver trop altruistes, ce qui est un comble quand on sait que y’a 5 ans à mon arrivée, il m’a fallu leur rappeler qu’ils étaient 5 et qu’il n’y avait qu’un seul ballon… (rires)
Cet état d’esprit, je le vit comme une petite victoire…

Une victoire à Geaune ce we pourrait vous placer idéalement pour la montée. A un moment, il faudra ne plus se cacher. Est-ce que cette montée est devenu l’objectif de la fin de saison?
Effectivement, quand on regarde le classement, il est difficile de se planquer.
Le soucis est que qu’à ce jour, nous sommes premier de la poule, et nous ne sommes toujours pas maintenu.
Philippe Darricau a rappelé lors du dernier entraînement que nous avions pris lors des 2 premiers matchs retour, le goal-average sur Tresses et sur Dax. Et ce n’est pas anodin, ce n’est pas un commentaire à la Guy Roux.
Nous savons que nous n’avons aucune marge de manœuvre sur personne.
Nous pouvons très bien taper St Médard, Colayrac et Mérignac comme nous l’avons fait aux matchs aller. Mais nous galérons pour battre Bruilhois et l’USSAB.
Donc sincèrement, nous sommes supers contents d’être à 12 victoires.
Le soucis, c’est que sur la phase retour, nous devons aller à l’Élan Tursan, à St Médard, à Collayrac, à Mérignac.
Nous aimerions ne pas nous cacher et dire que nous jouons cette montée, mais nous connaissons notre calendrier, nous connaissons aussi nos difficultés, malgré la réussite qui nous suit, à battre nos adversaires tous les we.
A chaque match, nous rendons des centimètres, pas toujours des kilos… Mais des centimètres oui… (rires) Et cela use.
Nous ne parlons donc pas de montée. Si dans un mois nous sommes encore devant, on y songera sérieusement. Mais ce championnat est tellement long, que faire uniquement état du classement est trompeur.

Parlons du derby, L’Élan reste sur 2 défaites d’affilé alors que vous enchaînez les succès. Quelles seront les clés de ce match?
Pfffffiouuuuuuu……. En ce qui nous concerne, l’idée est de rester serein et concentré, en faisant abstraction du contexte de derby.
Si nous voulons exister dans ce match, il faudra que nous restions concentrés sur ce que nous avons à faire individuellement et collectivement.
Faire tout l’inverse du match aller où nous n’avons jamais commencé à jouer. Les garçons étaient tellement focalisés sur cette notion de derby, que j’aurais pu leur raconter un épisode de la petite maison dans la prairie dans mon discours d’avant match, qu’ils ne l’auraient même pas remarqué… (rires)
Leurs histoires ancestrales du Tursan, je m’en « tamponne la nouille » (NDLR: en fait, il n’a pas réellement dit ça, mais j’ai préféré imager la véritable expression).
Ce qui m’intéresse samedi, c’est de jouer au basket, éventuellement remporter cette 13ème victoire synonyme de maintien.
Et si l’on perd, c’est qu’ils auront été meilleurs que nous.
Je pense que l’on a tiré les leçons de ce fameux match aller, et notre série en cours l’atteste. Mais est-ce que cela résistera à cette ambiance particulière, nous verrons bien.
C’est un bon test. Le groupe mûri année après année. Il faudra voir jusqu’à quel point.

Toi qui es maintenant un écrivain à succès, que tes résumés de matchs sur Basketinfo sont très appréciés par les forumeurs, serais-tu partant pour une rubrique régulière sur Média Basket où tu aurais carte Blanche???
Ben écoute, oui pourquoi pas… Cela peut m’intéresser. Je n’ai pas envie d’écrire pour écrire, mais oui, si de temps à autre, l’envie de parler d’un sujet se fait sentir, pourquoi pas.

Parfait, pour une fois, c’est moi qui vais clore l’interview en te remerciant.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *