MÉDIA BASKET 40

Ascenseur pour le Graal

Ils l’ont fait…
Quasiment 20 ans après HDC, un club Landais évoluera en Nationale 1 la saison prochaine…
Dax Gamarde Basket a battu Avignon en 2 manches et s’offre cette montée tant désirée depuis plusieurs années.
Comme l’a très bien souligné Denis Mettay à la fin du match, le point de départ de cette aventure était un petit village… Petit village qu’un homme à « moitié fou » a voulu élever au delà de nos frontières Landaises. Car il fallait bien un brin de folie pour penser à cela…
Président clivant pour certains, meneur d’hommes hors pair pour d’autres, le récipiendaire de l’oscar Sud-Ouest des dirigeants 2019 aura réussi son pari.
26 journées de championnat et 2 matchs de barrages, c’est le temps qui s’est écoulé entre la reprise en Août, et le nirvana en Mai…
Pour ce faire, Jean « Guazzini » Lamaignère avait mis les petits plats dans les grands.
DJ de renommée locale aux platines, retour de Fernand Pujos (porte bonheur officiel du basket Landais) à l’antenne de France Bleu Gascogne, « Huf » et Larrouquis au coup d’envoi, et du monde sur les étagères…
Seule ombre au tableau, l’absence notable de Jeanne Mas, première supportrice des Rouges et Noirs Dacquois.

Malgré la victoire en terre avignonnaise, ce match retour ne s’annonçait pas de tout repos.
Dos au mur, les hommes de Patrick Chene, président d’honneur de l’USAP (Union Sportive Avignon Pontet), avaient la ferme intention de déjouer les pronostics.
Pour ce faire, l’une des meilleures attaques de Nationale 2 avait sorti le bleu de chauffe, et ce, dès l’entame de match.
ça tombe bien, car côté landais, quand faut aller « au mastic », on est pas les derniers.
Le duel de Golgoths, Ramassamy-Rakocevic, ça vaut son pesant de cacahuètes… La densité physique prend le pas sur le jeu, et le stress de l’enjeu fait le reste…
0 – 1…
Non, ce n’est pas le score d’un match des Girondins à domicile, mais le tableau d’affichage au bout de 3mn de jeu. Mais ça, c’était avant…
Avant que Darrigand ne déflore le score d’un triple… Les raquettes ayant été classé SEVESO par les 2 zigotos, le DGB s’en remet donc à son artillerie longue portée.
Mansanné, El Khir et toujours Darrigand, bombardent de loin avec la précision chirurgicale d’un destroyer américain, croisant au large des côtes Normandes un jour de Juin 44…
Seul le minot Benjamin Lifferman ose s’aventurer en zone de non droit, et vient claquer un lay-up de filou qui donne 10 pts d’avance. On mettra son inconscience sur le compte de la jeunesse.
Avignon s’arque-boute et réduit l’écart.
Alpha Mbodj vient clôturer le 1/4 temps d’un triple et redonne 9pts d’avance à la première bouée.
Valayer d’une claquette, et Lesca à 6.75, viennent donner 14 pts d’avance aux Rouges et Noirs.
Jusqu’ici tout va bien, mais Hannibal Smith n’étant dans le Staff Gamardo-Dacquois, le plan ne pouvait pas se dérouler sans accroc.
Sur une contre-attaque anodine, Rakocevic et Lesca se percutent… Une discussion de courtoisie démarre.
Le Géant Monténégrin lui propose de « goûter » à son radius, le pistolero landais lui saute à la jugulaire…
Si l’on avait été accoudé à la buvette, avec 3 blancs limés et un vieux sandwich merguez, on se serait cru à un bon match de Fédérale (et en matière de Fédérale, ils s’y connaissent les Dacquois 😉 )…
Mais les patrouilleurs en gris, peu enclins à supporter ces échanges d’amabilités viriles, décident de renvoyer les 2 nouveaux meilleurs amis à la douche avant tout le monde (l’avantage, c’est qu’ils étaient sûr d’avoir de l’eau chaude)
Cela a pour effet immédiat de pacifier la peinture, et Ramassamy en profite pour faire tomber quelques fautes, qu’il convertit en lancer francs, et redonner 15 pts d’avance.
Mais Daye derrière l’arc, puis Dylan (rien à voir avec Bob) d’une interception « and one », relancent les Provençaux.
El khir remet de l’ordre, avant que Mat Bianco (rien à voir avec le groupe de Pop Anglaise) ne se signale à 3pts.
35 – 26 aux citrons… ça sent bon…
De retour des vestiaires, Darrigand y va de son petit triple, imité par Liorel, le capitaine Avignonais, qui claque 5pts consécutifs.
Puis plus rien. Extinction des feux… Les défenses montent encore d’un cran (je pensais même pas que c’était possible)
Chaque démarquage est une lutte, chaque prise de position, un combat. Les amateurs des top ten NBA restent sur leur faim, mais les puristes de la vieille époque retrouvent le sourire.
ça mailloche sévère…
9 à 11 sur le 1/4 temps, 44-36…
Je vous raconterais bien le 4ème, mais j’ai pas vu grand-chose…
Trop occupé à faire un Facebook live en tremblant le moins possible, tout en discutant avec ma voisine… (Je vous vois venir, mais non, la voisine en question est la mère de mes enfants, donc ça passe 😉 )
Le DGB maîtrise le dernier acte, face des Avignonnais trop maladroits sur les shoots extérieurs pour pouvoir recoller au score.

L’ascension programmée a bien eu lieu.
Mais ne nous attardons pas, c’est l’heure d’aller au lit… Demain y a Coupe à Dax…
La bonne nouvelle pour les hommes de Conderanne, c’est que les DGBistes ont certainement laissé beaucoup de gomme. La mauvaise, c’est que Florian Lesca lui, est frais comme un gardon…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *