MÉDIA BASKET 40

La plus belle des réunions de famille

La fête est finie, mais qu’elle fût belle…
Le comité des Landes avait tenté un improbable pari, un défi hors normes… Une météo capricieuse jusqu’au bout, pour un final en apothéose…
Plus de 7000 aficionados du basket Landais dans les arènes de Dax… Du jamais vu, que l’on est peut-être pas près de revoir aussitôt.
Si il fallait encore démontrer la place qu’occupe notre département sur l’échiquier basket-ballistique de l’hexagone, je pense qu’aujourd’hui, ce n’est plus cas.

Le lieu:
il faut bien l’avouer, il n’y avait pas plus bel écrin que les arènes de Dax. l’architecture du lieu se prêtait à merveille à ces finales.

Les matchs:
2 magnifiques vainqueurs, 2 valeureux finalistes…
Le Stade Montois brise enfin le signe indien. Après tant de défaites en finales, elles ramènent enfin la Coupe Christiane Carrère à la maison. Basket Landes n’aura jamais réussi à vraiment rentrer dans cette finale.
Elles ont subi la foudre d’une Pauline Labrouche, ancienne capitaine des bleuettes, qui a réalisé un chantier incroyable.
Le DGB quand à lui remporte sa 5ème Coupe des Landes (4ème consécutives). Si l’issue a été longue à se dessiner, la puissance des Dacquois a parlé en fin de match.
L’addition est certes un peu lourde pour des Réalais d’une abnégation incroyable, mais trop « léger » dans un secteur intérieur, qui plus est décimé par les fautes.
Si je ne devais retenir qu’un homme, ce serait bien Florian Lesca. Absent des débats la veille lors du barrage face à Avignon, il aura survolé le match hier soir.
Mention spéciale pour le jeune Enzo Labat. Le gamin a encore épaté son monde du haut de ses 18 ans.

Les festivités:
Il y avait du beau monde dans les travées hier soir, de Jean-Pierre Siutat, présidents de la Fédé, à Vincent Legname, président de la Ligue Féminine, sans parler de la pléïade de grands acteurs du basket, tout le monde s’était déplacé pour l’évènement.
La standing ovation pour René Carrère et Yves Merville, les 2 derniers rescapés de l’épopée Gaujacquoise aux arènes du plumaçon, fût un moment fort.
Et que dire de l’arrivée de Nadau sur le Puzzle.
L’Encatada repris par les 8000 spectateurs, un régal.
Et le point d’orgue, le fameux « Mon dieu que je suis à mon aise », qui a permis à la famille du basket Landais de ne faire qu’un le temps d’une chanson.
Florian Lesca, que j’avais en interview avec Radio MDM dans le callejon, qui s’arrête de parler pour profiter de ce moment, les yeux pleins de larmes rivés vers le ciel.
Le temps d’un instant, les fameuses guerres de clochers, si chères à nos coeurs de landais, ont disparu, pour laisser place à une communion historique.

Quand Nadau chante « Mon Dieu que j’en suis à mon aise » lors de la finale de Coupe des Landes devant 8.000 personnes 😍

Publiée par Pierre Dezes Pro sur Samedi 25 mai 2019

Vidéo réalisée par Pierre DEZES

L’homme de la soirée:
Ce n’est pas une joueuse ni un joueur, un coach ou un édile, non rien de tout ça.
L’homme de la soirée, c’est bien évidemment Florian Lafargue. Il a coordonné cet évènement de main de maître.
Son abatage de tous les instants, son travail incommensurable pour que la fête soit belle (bien aidé par les nombreux bénévoles).
A défaut de te faire une statue, je souhaite te remercier Flo, au nom de tout le basket Landais.

  1. Pour terminer, je souhaiterai féliciter et remercier le Comité des Landes de Basket pour cette idée folle, mais géniale.
    Il est certes difficile de recommencer cela tous les ans, mais je pense que le format pourrait être reproduit régulièrement, à Dax, mais peut-être aussi à Mont de Marsan, Aire, etc… Mais là, je parle facilement, bien assis dans mon fauteuil…

Remercier aussi Radio MDM, qui m’a permis de passer cette journée au centre de l’évènement, que ce soit lors de l’émission de la journée, à interviewer les grandes « Figuras » Landaises, mais aussi de commenter les 2 matchs sur leurs ondes.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *